Sélection de l'année 2018

 

 

Nathalie Carré, pour sa traduction de l’anglais (Jamaïque) de By the rivers of Babylon, de Kei Miller, aux Éditions Zulma

Julia Chardavoine, pour sa traduction de l’espagnol (Mexique) de Gabacho, d’Aura Xilonen, aux éditions Liana Levi

 
 

Laurence Foulon, pour sa traduction du russe de Ma découverte de l’Amérique, de Vladimir Maïakovski, aux éditions du Sonneur

Alexandre Pateau, pour sa traduction de l’allemand de Le Buson, de Peter Bichsel, aux Éditions d’en bas

 
 

Benjamin Pécoud, pour sa traduction de l’allemand de Des éléphants dans le jardin, de Meral Kureyshi, aux Éditions de l’Aire

Jean-Christophe Peuch, pour sa traduction du russe de Suicide, de Mark Aldanov, aux Éditions des Syrtes

 
 

Anita Rochedy, pour sa traduction de l’italien de Les huit montagnes, de Paolo Cognetti, aux Éditions Stock

 

 

Sélection de l'année 2017

 

Carole Fily, pour sa traduction de l’allemand (Autriche) de L’Étrange Mémoire de Rosa Masur,
de Vladimir Vertlib, aux éditions Métailié

Étienne Gomez, pour sa traduction de l’anglais (États-Unis) de Meilleur ami/Meilleur ennemi
de James Kirkwood, aux Éditions Joëlle Losfeld

Loïc Marcou, pour sa traduction du grec de Le Crime de Psychiko,
de Paul Nirvanas, chez Mirobole éditions

Michelle Ortuno, pour sa traduction de l’espagnol de Baby spot,
d’Isabel Alba, aux éditions La Contre Allée

Anita Rochedy, pour sa traduction de l’italien de Le Garçon sauvage, carnet de montagne,
de Paolo Cognetti, aux Éditions Zoé

Natacha Ruedin-Royon, pour sa traduction de l’allemand de L’Île,
d’Ilma Rakusa, aux Éditions d’en bas

Théophile Sersiron, pour sa traduction de l’anglais (États-Unis) de Le Contorsionniste,
de Craig Clevenger, aux éditions Le Nouvel Attila

Sélection de l'année 2016

  • Mathilde Bach, pour sa traduction de l'anglais (États-Unis) d’Aucun homme ni dieu de William Giraldi, aux éditions Autrement ;
  • Hélène Cohen, pour sa traduction de l'anglais (États-Unis) de Dix jours dans un asile, un reportage de Nellie Bly, aux éditions du sous-sol/Seuil ;
  • Lionel Felchlin, pour sa traduction de l’allemand (Suisse) de La Poste du Gothard ou les états d’âme d’une nation, de Peter von Matt, aux éditions Zoé (éditeur suisse) ;
  • Romane Lafore, pour sa traduction de l’italien de Sur la pointe des pieds de Luca Rastello, aux éditions de la Table Ronde ;
  • Tatjana Marwinski, pour sa traduction de l'allemand (Suisse) de Le printemps des barbares de Jonas Lüscher, aux éditions Autrement ;
  • Lucie Modde, pour sa traduction du chinois de Tout ça va changer, de Lao Ma, aux éditions Philippe Picquier.